Page 1 of 1

Le retour du lever de la belette

PostPosted: Mon Jan 22, 2007 7:48 am
by Oualawouzou
Sympa comme titre, non ? "Le lever de la belette" étant le titre d'une vieille histoire que je n'ai jamais montré à personne et qui n'avait rien à voir avec un quelconque lever ou une quelconque belette... et qui n'était pas très intéressante non plus... Mais le titre, lui, était trop bon.

Tout ça pour dire que je me remet à l'écriture, cette fois avec le but avoué d'éventuellement publier un recueil de nouvelles. J'en ai déjà deux d'à peu près complétées dans un atelier d'écriture durant mes études ("Les marches" et "L'homme au chapeau blanc"), deux de complétées et qui entrent dans la phase de réécriture ("De la tripartie perpendiculaire" et une aventure de l'Inspecteur Smith) et une dernière toujours en cours d'écriture ("Dit le gorille").

Je crois que ça commence à avoir du potentiel. Je vous en ferai lire des extraits, à l'occasion.

PostPosted: Tue Apr 10, 2007 8:58 am
by FrankieSmileShow
Ah! Voici donc d'où venait ces récentes allusions à l'angoisse de la page blanche!
Seriez-vous donc un de ces écrivains fous qui, entre deux hurlements de douleur émotive, dessine des bandes dessinées pour exterioriser votre infinie souffrance créatrice interne? Vounètepasseul! JESOUISAVEKVOU
dis-je en sirottant un café. Celui-ci manquait horriblement de sucre.

PostPosted: Wed Apr 11, 2007 4:04 am
by Le vrai Boubou
Cher web-maître, j'ai déjà hâte de te lire.

J'ai moi-même un projet d'écriture conjointe avec un collègue de travail. Malheureusement, il est plutôt sur la glace en ce moment (le projet, pas le collègue). Je t'en reparle live un jour.

PostPosted: Mon Apr 16, 2007 7:45 am
by Oualawouzou
Je ne vous ai pas abandonnés.

FrankieSmileShow wrote:Ah! Voici donc d'où venait ces récentes allusions à l'angoisse de la page blanche!
Seriez-vous donc un de ces écrivains fous qui, entre deux hurlements de douleur émotive, dessine des bandes dessinées pour exterioriser votre infinie souffrance créatrice interne? Vounètepasseul! JESOUISAVEKVOU
dis-je en sirottant un café. Celui-ci manquait horriblement de sucre.


Oui.

Je porte même le béret et j'aime passer mes mercredis soirs à claquer des doigts pour manifester mon approbation à une lecture particulièrement réussi de poésie introspective.


Devant le manque flagrant de progrès dans ce domaine au cours des derniers mois, j'ai posé un geste radical : je me suis créé un petit système de gestion du temps m'imposant un minimum de quinze minutes d'écriture par jour, entrant en vigueur dès ce soir. Joie dans mon coeur !